Blog de l'AVM Sud-Est

Connaissance de Soi et art de vivre


Poster un commentaire

Leadership & Neurosciences


MÉDITATION ET NEUROSCIENCES

DU NOUVEAU EN MATIÈRE DE LEADERSHIP

Une journée unique de découvertes
pour le développement de votre parcours professionnel

Samedi 26 mai 2018

Hôtel du Printemps, 1 rue de l’Isly, 75008 Paris

de 9h00 à 18h30


 

oiseauDans une économie digitale où l’Intelligence Artificielle et les technologies cognitives deviennent incontournables, les entreprises ont besoin de managers compétents, faisant preuve de qualités de leadership hors pair et capables de résister à de forts niveaux de stress. Depuis quelque temps, les programmes de développement du leadership tentent de répondre à ces nouveaux besoins en intégrant les dernières avancées en matière de neurosciences. Le succès ne semble pas au rendez-vous.

Une récente étude McKinsey titrait carrément « Why leadership development programs fail? ». Le recours récent aux techniques de méditation marque un tournant décisif en matière de programmes de développement du leadership. Puissants outils anti-stress, ces techniques sont particulièrement prometteuses. Comme le soulignait un récent article du magazine Forbes : la Méditation Transcendantale, l’arme secrète des leaders, cette technique de méditation accroît de manière automatique la cohérence des ondes cérébrales, critère objectif du développement du leadership. Nous sommes donc bien à un tournant décisif qui invite à reprendre le sujet à la base.

Le concept de leadership a longtemps questionné psychologues, sociologues, consultants, coachs, économistes et universitaires de toutes tendances. Le développement des neurosciences aide à y voir plus clair dans la fabrique de cette capacité de certains hommes à mener leurs semblables vers le succès. Naît-on leader ? Le devient-on ? Comment ? Comme le rappelle le magazine Harvard Business Review, « avoir du leadership n’est pas donné à tout le monde ». Comprendre en profondeur ce qui fait un bon leader va permettre de répondre aux besoins des entreprises dans tous les domaines de la société : sport, politique, éducation, recherche, etc.

La journée fera un tour d’horizon des familles de programmes de développement du leadership sous un angle radicalement nouveau : celui des neurosciences, de l’ayurvéda et de la méditation. Neurosciences et cerveau ? Passe. Mais, pourquoi l’Ayurvéda ? Simplement parce que la santé est le fondement du leadership, à commencer par la santé du cerveau. La science millénaire de l’Ayurvéda est la seule à donner les clés pour équilibrer le comportement du leader et lui éviter de devenir toxique ou apathique et mettre ainsi en danger l’entreprise. L’Ayurvéda est un art de vivre favorisant la prévention de la maladie. Il offre des stratégies pour éliminer le stress à tous les niveaux : psychologique, physiologique, comportemental et organisationnel. Point fondamental, les principes de cette ancienne sagesse s’adaptent parfaitement à notre monde professionnel. Ils favorisent une nouvelle manière de gérer son temps afin de gagner en productivité, travailler moins et être plus heureux.

Organisée par L’Observatoire du Leadership, cette journée est unique en son genre dans l’univers du développement personnel. Elle s’adresse à tous les professionnels, leaders, DRH, managers, coaches ou consultants soucieux de progresser dans leur vie en termes professionnels et personnels.

Télécharger le programme ici.

 


.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

..


 

 

 

Publicités


Poster un commentaire

Maharishi

Voici une superbe vidéo  de Maharishi (traduite en français) dont les thèmes abordés sont toujours d’actualité : spiritualité, méditation, nature de la vie, transcendance, etc.

Vous noterez la définition donnée à une vie spirituelle : non pas un type de comportement comme abandonner les biens matériels mais l’esprit capable de maintenir l’expérience de la transcendance, du Soi, de l’Être, tout en étant impliqué dans l’expérience des sens.

Et bien d’autres perles de sagesse à découvrir dans ce reportage datant de 1968.

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.


 


1 commentaire

Mister Max

Quand Maharishi explique la progression vers les états de conscience supérieurs et l’Unité, il prend des analogies, souvent tirées des Oupanishads. Ces analogies expliquent comment après l’initiation à la transcendance se développe la conscience cosmique. Puis c’est le passage à la conscience divine avec la perception qui devient de plus en plus raffinée. Enfin c’est l’Unité où le pas est franchi avec l’Absolu vécu en permanence dans tous les aspects de la vie.

Il nous amuse aussi avec des petites histoires qui mettent en scène le jeu de la conscience, le jeu de la connaissance, la Veda Lila.

Voici celle de Mister Max qui, satisfait de sa vie, se prend d’admiration pour les œuvres d’un artiste. Il est tellement admiratif qu’il ne manque pas de visiter son exposition chaque jour. Il fait part, à ceux qui veulent l’entendre, de  son admiration. Il fait les louanges de ces œuvres, en connait les détails, il ne tarit pas d’éloges.

Si bien que cet admirateur commence à être connu et après un certain temps, la nouvelle arrive aux oreilles de l’artiste, et éveille sa curiosité. Si bien que le moment venu il décide de le rencontrer en personne et de lui serrer la main…

En 1982, Hervé Christiani chante « Il est libre Max » avec des paroles qui rappellent le Mister Max des états de conscience supérieurs.

À réécouter pour un plaisir intemporel.

 


Pour aller plus loin

Voici un témoignage anonyme d’un participant à une assemblée de méditation transcendantale aux États-Unis qui parle de son expérience des états de conscience supérieurs. Cette expérience grandit vers l’Unité. Il expérimente ce que Maharishi avait décrit dans l’état de conscience cosmique : un sentiment de liberté infinie, de libération éternelle.

Cela fait deux ans maintenant que j’ai réalisé en sortant de mon programme le matin, que quelque chose était différent, ou plutôt que tout était différent. Immédiatement j’ai porté mon attention sur cette différence et c’était quelque chose de très simple et naturel : l’expérience de L’ÊTRE. Cette expérience continuait après mon programme. Je me retrouvais à nouveau dans l’activité mais cette expérience de pure conscience qui était devenue si intime et si familière avec les années de MT, cette expérience était maintenant avec moi dans l’activité. Au début ma première pensée était : « c’est bien, mais ça ne va pas durer. »

Les jours suivants j’ai pu vérifier que mon intuition était fausse. En fait, à mon grand étonnement et à mon grand plaisir, j’avais tort.

Cette expérience dure maintenant depuis plus de deux ans. En fait, il est plus juste de dire que l’expérience de L’ÊTRE dans ma conscience a grandi, est devenue plus profonde, a pris de l’ampleur durant ces deux années. C’est comme si L’ÊTRE pouvait maintenant sortir dans le domaine du relatif et investir tous les autres états de conscience (veille, rêve, et sommeil), comme si les barrages étaient ouverts et que rien ni personne ne pouvait les fermer à nouveau.

Je ne trouve pas toujours les mots pour décrire cette expérience, alors je dirais que ça valait la peine d’attendre, même si j’avais depuis longtemps arrêté d’espérer un tel événement. Il n’y avait pas d’expérience flashante dans mon programme, ni même d’expérience valorisante qui aurait pu suggérer qu’un tel événement allait arriver. Cela semblait juste être le bon moment. C’est comme si un jour vous étiez SDF et le lendemain vous vous retrouvez à la place du roi.

C’est pour moi difficile de trouver les mots décrivant ma gratitude envers Guru Dev, Maharishi, et toute la Tradition des Maîtres Védiques pour cette merveilleuse transition dans ma vie. Que dire quand on a reçu une telle bénédiction ? Peut-être tout simplement que je suis reconnaissant, éternellement et infiniment reconnaissant.

Depuis, je perçois ma pratique de méditation transcendantale non pas comme un devoir à accomplir, mais plutôt comme une incroyable opportunité pour grandir, pour la croissance, une opportunité comme on en trouve une seule en 10 millions de vies.

J’ai tellement de chance de me retrouver ici avec toutes ces grandes âmes participant la création d’un monde meilleur où la totalité et le sattva (la pureté) infusent les interactions sur terre pour la première fois depuis très longtemps dans l’histoire de l’humanité. Comme Maharishi l’a dit à maintes reprises : «… c’est quelque chose de très grand. » Je commence maintenant à réaliser à quel point une telle phrase sous-évalue l’événement que je vis.

La même personne parle à nouveau de son expérience.

La conscience cosmique s’est éveillée en moi de façon douce et sans que je m’y attende, un matin de novembre 2008 alors que je sortais de mon programme de méditation au dôme de Fairfield. J’étais âgé de 64 ans et je pratiquais la méditation transcendantale depuis 1973, et le programme de MT-Sidhi depuis 1978.

Comment est-ce-que j’ai su que la conscience cosmique s’était éveillée en moi ? Tout ce que je peux dire c’est que la conscience pure (L’ÊTRE pur) était avec moi alors que je sortais de mon programme de méditation. J’avais été habitué, après toutes ces années de pratique à ressentir dans mes méditations cette transcendance douce, ce sentiment d’illimité. Et ce sentiment m’accompagnait maintenant dans l’activité. Tout semblait différent, et pourtant tout était pareil. C’était comme un nouvel élément qui était avec moi, qui suivait mes traces, une nouvelle douceur, une nouvelle pureté, un nouveau sentiment de légèreté, une nouvelle clarté.

Comme beaucoup de personnes ici, j’ai eu une activité professionnelle qui m’a accaparé durant toutes ces années, et aussi une famille avec des enfants à soutenir financièrement. Mais j’ai toujours trouvé le temps pour mon programme de méditation, deux fois par jour, quoi qu’il advienne, même si souvent je devais méditer en prenant le bus, l’avion, dans une bibliothèque ou dans des endroits qui pouvaient sembler inadaptés. Je n’ai jamais imaginé arrêter de méditer, ou même sauter une méditation. Quand j’ai entendu parler de la méditation transcendantale pour la première fois, en écoutant la conférence d’introduction du professeur je savais que cette méditation allait me plaire, et que c’était LA CHOSE à faire.

Avec les années j’ai attendu patiemment l’arrivée de la conscience cosmique. Toujours en pensant que ça devait se trouver juste là, à portée de main. Après des dizaines d’années de pratique quand je suis devenu plus âgé, j’ai abandonné cette idée que j’atteindrai la conscience cosmique et l’illumination dans cette vie. Non pas que je doutais de sa réalité, ou même de l’efficacité de la technique de méditation transcendantale et du programme de MT-Sidhi à atteindre ce but.

Non, j’ai simplement arrêté de croire que cela allait m’arriver à moi.

J’apprécie mes programmes de méditation, même s’il n’y a pas d’expérience flashante. Avec les années de pratique, il semblait même que la multitude de changements que j’avais observés en moi-même au début de l’apprentissage de la méditation transcendantale, était passée au second plan ou semblait même avoir disparu. C’est comme si j’étais sur un plateau, comme si je faisais du surplace. Mon attitude c’était : « OK, cela n’arrivera pas dans cette vie. Mais je sais que la MT est quelque chose de bien. J’ai toujours su cela, dès ma première méditation. Donc je vais continuer à pratiquer et j’irai aussi loin que possible dans cette vie. Qui sait, peut-être la prochaine fois… »

Aussi, quand la conscience cosmique a commencé à s’éveiller en moi un jour de novembre, juste après avoir fêté mes 64 ans, j’étais vraiment étonné.

Cette expérience était si délicate, si fragile, presque timide. Je ne pensais pas qu’elle allait durer dans le temps. Alors que les jours et les semaines se succédaient, non seulement cette expérience durait mais elle a aussi  gagné en force. J’en suis finalement arrivé à accepter sa présence sans plus aucun doute. Cette expérience est apparue dans le but de se maintenir. Après cela j’ai commencé à me détendre, à me poser en elle, à la laisser être, sans aucune attente ni idée préconçue.

J’étais vraiment surpris qu’une telle chose puisse m’arriver. Je ne me sentais pas comme un candidat prédisposé pour un tel événement : après des années de méditation j’avais encore beaucoup de défauts, je n’étais pas un grand érudit de la littérature védique comme certains peuvent l’être autour de moi, mon alimentation et ma routine quotidienne prenaient en compte l’Ayurveda mais pas de façon stricte ou régulière. Étant donné mon activité professionnelle et mes responsabilités je faisais de mon mieux.

Et pourtant, cette réalité de L’ÊTRE était devenue indéniable. Des fois, je me disais que cela faisait partie de ces 1 % de chances qui sont une erreur cosmique. J’avais entendu Maharishi en parler une fois. Et je me disais qu’après un certain temps, quand cette erreur serait découverte par l’ordinateur cosmique, elle serait alors rectifiée. Deux années plus tard, à ma grande joie, l’expérience de la conscience cosmique avait pris de la maturité, était devenue quelque chose d’encore plus grand. La brillance de l’ÊTRE me parvient à travers toute chose et toute personne. Mon propre SOI est partout, en toutes choses et en toute personne. Les problèmes, les fardeaux de la vie semblent s’être évanouis ou du moins sont devenus minimes et passés au second plan. À la place sont apparus la légèreté, la douceur, la facilité, la joie. C’est absolument indescriptible.

Croyez-moi, cette réalisation ne m’appartient pas. Toute la responsabilité en revient à Maharishi et Guru Dev. Ce n’est pas la fausse modestie, c’est simplement la vérité. La seule chose que j’ai fait c’est de suivre les instructions simples données par Maharishi pour la pratique de la MT et du programme de MT-Sidhi. C’est vraiment ce qui s’est passé, et le résultat en a été cette expérience. Cela semble miraculeux quand j’y pense. Pourtant c’est très réel, extrêmement simple et vraiment disponible à tous. Ça je le sais pour sûr.

S’il y a un but dans ma vie, c’est bien de démontrer cela : si ça peut arriver à quelqu’un comme moi alors cela peut arriver à n’importe qui. Cela peut arriver à chacun d’entre vous…

 


Pour aller plus loin

L’histoire du prisonnier et du petit oiseau.

 

.


 

Pour aller plus loin

Un autre témoignage en anglais du passage aux états de conscience supérieurs.

 


..

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

 

 

.



Poster un commentaire

Satsang et suivi

La tradition védique

Dans les cours de l’Université Védique Maharishi et dans le cours de MT (Méditation Transcendantale), il est donné beaucoup d’importance au suivi après le cours de base. Cette attention particulière donnée au suivi provient de la tradition védique que l’on retrouve sous la forme de Satsang.

Ce mot sanskrit peut être expliqué comme une réunion pour la recherche de la vérité. (sat = vérité et sangha = réunion, groupe.) 

Sat est la vérité, décrite par Maharishi comme « ce qui ne change pas », la vérité transcendantale, ultime et les textes védiques la décrivent comme Sat Chit Ananda, la conscience pure félicité.

adi-shankara-and-disciples

 

Faire Satsang

Faire Satsang c’est se réunir autour du maître pour discuter des différents aspects de l’expérience intérieure, des états de conscience supérieurs, de la connaissance (Veda = connaissance).

BG.4-38

  « En vérité, il n’est rien en ce monde d’aussi purifiant que la connaissance ». -Bhagavad Gita IV.38. 

Cela ne s’improvise pas comme une discussion « café du commerce » et demande d’appliquer certaines règles.

La personne qui dirige l’enseignement doit être habilitée à le faire. Et c’est pourquoi les professeurs de MT sont certifiés.  Quant aux pseudo gurus, personnes qui après quelques expériences intérieures s’autoproclament « maître » et attirent du monde autour d’eux, Maharishi en parle comme des fraudeurs, car même le fait de vivre la conscience d’unité ne fait pas d’une personne un maître pas plus qu’un pilote d’avion ou un pianiste virtuose.

« Une connaissance partielle est dangereuse. Seule la connaissance totale est vraie. » -Maharishi.

 Dans la science védique il est mis en avant deux types d’échanges :

  • la polémique où les deux parties engagent un affrontement verbal dans le but de l’emporter sur l’opposant.
  • la discussion  où toutes les parties concourent à échanger des propositions qui amènent à la vérité.

Satsang appartient à cette deuxième approche. La présence d’un maître fait partie de cette procédure. C’est pourquoi les professeurs de MT se référent à des vidéos de Maharishi  répondant en situation à de nombreux points que rencontrent les étudiants du cours de MT.  

L’enseignement

Dans la tradition védique, le maître est Sat Guru, celui établi dans la vérité. Il peut même gagner le titre de Jagad Guru, celui dont l’enseignement est universel, applicable à Jagad, au monde entier.

Le Rishi est celui qui voit. Il perçoit le Veda, les fluctuations de la conscience à son niveau de silence auto-référent et comment elles prennent forme, se transforment en vagues de création.

Le Maharishi (il s’agit d’un titre) voit et peut également par son enseignement permettre aux autres personnes d’atteindre ce niveau d’expérience. Il a un rôle d’enseignant pour amener à vivre les états de conscience supérieurs.

C’est à l’étudiant qu’il revient de faire les premiers pas et d’aller vers le professeur pour demander son enseignement, clarifier ses doutes, discuter de ses expériences.

« La connaissance est prise, elle n’est pas donnée. » -Maharishi 

L’expérience intérieure

Dans l’enseignement de la MT, le suivi est important car il permet de répondre aux questions, aux doutes, de clarifier et d’approfondir les expériences rencontrées sur le chemin, de remotiver le chercheur de vérité. Dans le temps, il est conseillé une réunion de suivi par mois afin de maintenir le meilleur rythme d’évolution.

Instruction, vérifications personnelles, réunions de suivi, journées connaissance, APM (assemblée pour la paix mondiale) sont autant de moyens pour s’assurer d’une bonne progression dans notre vie. Sans l’expérience intérieure donnée par la pratique régulière les mots restent une exploration intellectuelle superficielle qui peut amener à des interprétations erronées et même amplifier la valeur de l’ego spirituel. Cf. article

 

Petite histoireMais une expérience reste une expérience : un poteau indicateur qui nous dit que nous avançons dans la bonne direction. Donc aussi belle que puisse être l’expérience il ne faut pas oublier la pratique quotidienne qui l’a facilitée. Maharishi a une histoire pour cela : ce n’est pas parce que l’arbre a grandi et que le jardinier est occupé à apprécier fleurs et fruits qu’il arrête d’arroser les racines.

 

.

L’expérience en groupe

Les transformations n’apparaissent pas pour tous au même moment, et chacun progresse à son rythme car c’est la nature qui opère. Arrosez la racine et la sève monte. Et elle sait déjà quand, où et comment monter…

La force du groupe c’est de permettre à chacun de passer des étapes qui, seul-e, demanderaient beaucoup plus de temps et d’énergie : cela se fait sans effort grâce à des méditations plus en douceur et plus profondes.

Voici quelques témoignages :

« Ce fut une expérience très agréable de rencontrer d’autres personnes qui partagent la même expérience, et d’échanger sur nos pratiques. Le fait aussi qu’ils soient d’horizons différents, avec des parcours spécifiques, et des vécus enrichissants dans leur subjectivité m’a permis personnellement de relativiser mon regard sur mes expériences. »

« Cette journée fut une journée à la fois intense, profonde et très calme. J’ai ressenti une grande paix et une facilité douce à faire ce qu’il y avait à faire pour moi. Tout coulait naturellement. J’étais là, tout simplement.»

« Je peux simplement dire que suite à cette journée, je me réjouis de me lever le matin avec la perspective de me retrouver avec moi même, rien qu’avec moi pendant vingt minutes, puis le soir après une journée harassante ou calme, rien qu’avec moi encore pendant vingt minutes, et j’ai beaucoup de plaisir à m’y retrouver. »
(plus de témoignages)

La grande valeur des méditations en groupe est expliquée dans le texte du Yoga Sutra de Maharishi Patanjali :

Tat Sannidhau

« Aux abords du Yoga (l’expérience de l’unité, la conscience transcendantale, le Champ Unifié), les tendances hostiles et conflictuelles sont éliminées. » -Yoga Sutra 2.35. 

La validation

Si l’expérience est véridique (Sat) alors elle doit être observable au niveau personnel et collectif.

Ce point est renforcé par la recherche scientifique qui a vérifié que :

  • lors de l’expérience de la transcendance le cerveau humain enregistre une cohérence cérébrale unique. Cf. article
  • Cette expérience de transcendance faite en groupe est tangible et mesurable, vérifiée par une cohérence sociale accrue. Cf. article

Conclusion

Le suivi est essentiel pour progresser vers les états de conscience supérieurs. Les témoignages servent à prendre de la hauteur par rapport à notre expérience intérieure subjective. On peut se demander en voyant des bienfaits nouveaux apparaître dans notre vie comment cela est dû à notre pratique de la MT. C’est tellement simple et naturel.

C’est en partageant notre expérience avec d’autres méditants que l’on découvre similarités et différences.

« Nous avançons sur deux jambes que sont expérience et compréhension » -Maharishi.

La compréhension vient après l’expérience. Et tout comme les gaulois qui venaient prendre la potion magique avant d’aller dans l’action, faire Satsang, se retrouver en groupe permet de vivre cet état intérieur de plus en plus facilement et de mieux le comprendre.

C’est se faire du bien tout en participant à plus de paix dans un monde qui en a grand besoin.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

 

 

 

 

 


1 commentaire

L’impact social de la Méditation Transcendantale

Dans son numéro de janvier 2017, la revue « Cerveau, science & conscience » publie un excellent article sur les effets méconnus et pourtant réels du cerveau, permettant de diminuer l’entropie sociale et d’amener la paix dans les régions agitées du monde. Il se fonde sur plus de 50 recherches scientifiques publiées dans des revues de premier plan démontrant la baisse de la criminalité, des accidents de la route, voire de conflits armés. C’est la technique de Méditation Transcendantale et le programme de MT-Sidhi (avec le vol yogique) qui y sont étudiés, à l’origine de tels effets.

Si vous découvrez ces résultats pour la première fois cela peut sembler «  trop beau pour être vrai ». Pourtant  le rédacteur de l’International Journal of Neuroscience, Sidney Weinstein (qui lui non plus ne pratique pas la technique de Méditation Transcendantale) est très clair sur ce point : « L’International Journal of Neuroscience a accepté plusieurs études sur la technique de Méditation Transcendantale ces dix dernières années car elles correspondaient à ce que l’on attend d’une étude scientifique rigoureuse. Deux prix Nobel faisant partie du comité de lecture, ainsi qu’un groupe de scientifiques provenant des meilleures universités de chaque continent, jugent la valeur scientifique de chaque article proposé. Ces scientifiques n’ont jamais émis de doute sur l’intégrité ou la valeur scientifique des articles sur la technique de Méditation Transcendantale. »

Ces projets de paix internationaux aident d’abord un public fragilisé et la Fondation David Lynch y apporte son soutien.

Voici des extraits de cet article.

cerveau-mt-1 cerveau-mt-2 cerveau-mt-3 cerveau-mt-4 cerveau-mt-5 cerveau-mt-6 cerveau-mt-7 cerveau-mt-8